Azur entreprises et commerces - 121 : Mars-Avril 2018

Archives

Toutes les vidéos

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

Soyez informé de la mise en ligne de votre prochain E-Mag

Envoyer Fermer

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Votre inscription a échoué

* Champs obligatoires

iStock-621141166.jpg

Valoriser l'industrie made in Côte d'Azur

Depuis plus de 20 ans, l’APPIM (l’Association des Partenaires pour la Promotion de l’Industrie Méditerranéenne) s’attache à faire de la Côte d’Azur une « Terre d’Industrie ». L’association s’attache à l’ancrage et au développement de l’industrie car sans celle-ci, il n’est pas d’économie forte et durable. Regroupant aujourd’hui 140 adhérents, l’APPIM articule son action autour de plusieurs axes :

- Le rassemblement des entreprises industrielles et des acteurs du développement de l’industrie
- La promotion de l’industrie azuréenne et le savoir-faire de ses entreprises
- La préparation des entreprises industrielles à la transition vers l’industrie de demain
- L’action auprès du jeune public pour l’emploi industriel et la formation.

Michel-MANAGO-APPIM.jpg
Michel Manago, Président de l’APPIM © Rédaction
Retour En avant

Réseau

Comment l'APPIM compte faire entrer les entreprises azuréennes dans l'industrie du futur

Avec plus de 7 500 établissements et un chiffre d'affaires de 15 milliards d'euros, l'industrie confirme son statut de secteur majeur dans l'économie des Alpes-Maritimes. Et elle a des projets...

L'éclaircie ! Après des années difficiles, l'industrie azuréenne retrouve aujourd'hui la croissance. C'est sur cette bonne nouvelle que Michel Manago, Président de l'APPIM (Association des Partenaires pour la Promotion de l’Industrie Méditerranéenne) a ouvert en mars l'assemblée générale annuelle. Pas de triomphalisme pour autant. Si les indicateurs sont repassés au vert, comme l'a confirmé le dernier point de conjoncture de la CCI Nice Côte d'Azur, la croissance reste fragile. Et surtout, il reste beaucoup de travail à faire.


Comme partout en France, l'industrie azuréenne a dû faire face à la vague de la mondialisation. Un laminoir. Mais maintenant, c'est à une seconde vague qu'elle est confrontée : celle des grands bouleversements technologiques. transition numérique, intelligence artificielle, outils connectés, robotisation, nouveaux usages changent de nouveau le jeu. Un vrai challenge pour l'APPIM qui, avec ses partenaires, a choisi de sortir par le haut en pointant "l'industrie du futur".


Cette orientation, qui se développera sur 2018, a été prise en 2017 (c'était le thème du forum Industria de novembre dernier). Mais pour l'APPIM, 2017 restera comme l'année de l'élargissement de l'association. Pour sa première année de mandature, Michel Manago avait mis l'accent sur le rassemblement de toutes les composantes de l'industrie, mouvement qu'avait engagé son prédécesseur, Daniel Sfecci. « Nous avons cherché à rassembler l'ensemble des entreprises qui ont une composante industrielle. Il s'agit des métiers du bâtiment, de la chimie fine et de l'agroalimentaire, explique le président de l'APPIM. Ainsi, Prodarom (Syndicat National des Fabricants de Produits Aromatiques) et la FBTP (Fédération du Bâtiment et des Travaux publics) nous ont rejoints comme partenaires lors du dernier salon Industria. Nous avons aussi accueilli une dizaine de nouveaux membres comme Virbac (Pharmacie vétérinaire), Arkopharma (pharmacie), Vicat (ciment) et tout dernièrement Expressions Parfumées (arômes) à Grasse. Nous comptons désormais 140 membres, dont les plus grandes entreprises industrielles de la Côte d'Azur comme Thales Alenia Space à Cannes, Thales DMS France à Sophia Antipolis, Schneider à Carros… ».


2018 : cap sur l'industrie du futur. « Si elle reste discrète, il ne faut pas oublier la forte présence de l'industrie dans les Alpes-Maritimes », rappelle Michel Manago. « Avec 15 milliards d'euros de chiffre d'affaires, plus de 7 500 établissements, environ 70 000 emplois, l'industrie dans toutes ses composantes représente 50% de l'économie du territoire ». D'où la volonté de pousser les feux et de s'inscrire dans le grand mouvement national de redressement industriel français que symbolisent le label French Fab ou le concept d'industrie 4.0. « L'industrie du futur et tout ce qui va avec est bien l'axe majeur de 2018 », confirme Michel Manago. « On a tendance à penser que cela consiste dans un changement d'outils et en particulier d'outils de communication. Mais il n'y a pas que ça. C'est aussi une nouvelle façon de penser et s'y ajoutent des outils industriels, des machines, la robotisation, l'intelligence artificielle, l'organisation des entreprises qui doit être différente, des formations et des métiers complémentaires qui vont apparaître dans les entreprises. Tout cela figure dans le programme national et se trouve décliné en programmes territoriaux pris en charge par la CCI, dont nous sommes le partenaire et le bras armé ».


Ce qui va se passer cette année ? Les représentants des grands réseaux industriels ont listé une cinquantaine d'entreprises susceptibles de rentrer dans le programme Industrie 4.06 proposé par la CCI Nice Côte d'Azur. « Il s'agit, par un diagnostic, de mesurer les besoins qu'il leur faudrait pour les porter à une évolution vers l'industrie du futur et d'en faire des entreprises de démonstration pour toutes les entreprises qui auraient une taille ou une activité à peu près similaire, souligne le président de l'APPIM. Cette dynamique se poursuivra tout au long de l'année. En 2019, il sera ainsi possible de présenter une feuille de route pour un programme d'évolution vers l'entreprise du futur adapté à chaque entreprise ». Une étape engagée cette année.


Valoriser l'industrie made in Côte d'Azur Michel Manago, président de l'APPIM

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

CCI_Nouveau-logo_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même