Azur entreprises et commerces - 122 : Mai-Juin-Juillet 2018

Archives

Toutes les vidéos

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

Soyez informé de la mise en ligne de votre prochain E-Mag

Envoyer Fermer

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Votre inscription a échoué

* Champs obligatoires

Celine_Moliere-004.jpg Céline Molière © Dinkymage
Retour En avant

Rencontre

Céline Molière, dirigeante d'Émilie & The Cool Kids : « Nous sommes des punks, mais avec de la rigueur »

L’enseigne azuréenne de coffee‑shops signe une belle croissance et passe avec réussite au stade de la franchise.

Depuis l’échoppe des débuts, que de chemin parcouru… La petite chaîne a su se forger une place à part face aux mastodontes du coffee shop à l’américaine. Une réussite portée par Céline Molière, cofondatrice d’Émilie & The Cool kids avec sa compère Emilie Zmaher. Ce qui lui a valu de recevoir en mai dernier le titre de chef d'entreprise de l'année aux Trophées des Femmes de l'Economie de la région Provence‑Alpes‑Côte d'Azur et Monaco. « En prenant le trophée en mains, je l’ai dédié à ma prof d’éco de seconde, qui m’avait promis un avenir peu brillant ! ». Une revanche pour ce petit bout de femme énergique qui détonne dans le paysage un brin policé de l’économie locale, avec ses bras couverts de tatouages : « Au sein de l’équipe, nous sommes nombreux à en porter, même si ce n’est pas un critère de recrutement… Je dis souvent que nous sommes des punks, mais avec de la rigueur ! C’est sans doute pour ça que ça marche… ». Mais pas seulement.


Importer la culture du café à emporter… Avant les grands. Avec 8 points de vente ouverts, 30 salariés et déjà 3 franchisés, la marque azuréenne a su s’imposer. La marge brute développée en est le meilleur témoin. Pour sa fondatrice, si l’enseigne performe depuis sa création en 2011 dans la petite boutique d’un ancien coiffeur de la rue Alberti à Nice, c’est pour plusieurs raisons. « L’idée m’est venue quand j’avais 17 ans, durant un séjour aux USA à Santa Cruz : c’est là que j’ai découvert l’ambiance inimitable des coffee shops californiens : un lieu chaleureux où l’on aime passer chaque jour, pour se détendre comme pour travailler et déguster muffins, cupcakes, cheesecakes, brownies, bagels et salades... Avec Émilie, c’est ce que nous avons transposé ici sur la Côte d’Azur et ça a bien marché. Pourtant, peu de monde autour de nous y croyait : la culture du café à emporter comme on le voit dans les séries télé et les comédies américaines, ça semble évident aujourd’hui. Mais 11 ans en arrière, au pays du petit noir sur le zinc… Ca restait à démontrer ! Combien de fois on a entendu dire : « Elles sont mignonnes, elles veulent jouer à la dînette… ». Pour autant, notre banque nous a suivies, le réseau entreprendre Côte d’Azur et notre comptable ont cru en nous : ils ont eu raison, non ? ».


La recette du succès d’Émilie & The Cool Kids. Aujourd’hui, l’enseigne réalise 30 % de son chiffre d’affaires sur le fameux café à emporter, complété par les bagels, les pâtisseries. « Nous nous différencions des « majors » du secteur par notre french touch assumée, la convivialité, le sens de l’accueil et un service très personnalisé qui va au‑delà de la simple fidélisation des clients. On met aussi un point d’honneur à ce que tout soit préparé, y compris la pâtisserie, chaque jour au sein des boutiques et pas d’un labo central. Le 100 % fait maison est au cœur de notre ADN ! D’abord parce que ça sent bon et que donc, ça attire les clients. Ensuite parce que c’est notre vision du métier : nous sommes des professionnels, avec une qualité de service identique dans chaque point de vente, mais nous ne sommes pas standardisés », insiste Céline Molière. « Tout cela fait partie de notre culture d’entreprise, qui se révèle assez forte pour une petite boîte, après tout. Et nous avons fait bouger nos services constamment, par exemple en développant une offre traiteur ».


Des cookies et des projets. L’objectif désormais ? « Faire face à notre croissance : je dois maintenant gérer de plus en plus des problèmes de management, de recrutement, de gestion financière et de conservation de l’identité de la marque… Mais j’essaie de remettre les mains dans la pâte à cookies dès que je peux », souligne Céline Molière. Après avoir ouvert en nom propre dans le vieux Nice, puis à Cannes et Polygone Riviera, la marque s’est lancée sans complexes dans le développement de sa franchise, avec une première implantation à Monaco en 2013. Depuis, Sophia Antipolis et Marseille sont venues compléter la cookie family et Émilie Zmaher s’est expatriée avec mari et enfants à… Reykjavik, pour ouvrir le tout premier Émilie & The Cool Kids islandais ! Une aventure qui n’est pas terminée, loin de là : le business plan de l’enseigne passe par une ambition nationale et prévoit une quinzaine d’implantations. En outre, l’équipe (qui vient de remporter début juillet le prix national "Passeport pour la franchise" 2018 dans la catégorie Frey) réfléchit même à un retour aux sources, pour aller carrément convertir les Californiens au cookie made in Côte d’Azur ! Un nouveau tatouage à chaque ouverture ? « Chiche ! », répond Céline Molière.


Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

CCI_Nouveau-logo_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même