Azur entreprises et commerces - 121 : Mars-Avril 2018

Archives

Toutes les vidéos

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

Soyez informé de la mise en ligne de votre prochain E-Mag

Envoyer Fermer

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Votre inscription a échoué

* Champs obligatoires

Pressing_Cap_3000-006.jpg Nathalie et Franck Lucet de Riviera Pressing, dans leur atelier de Cap 3000. Azur Entreprises © Dinkymage
Retour En avant

Talents

Un Mercure d'Or pour Riviera Pressing

Ils sont azuréens et viennent d'emporter le prestigieux trophée du challenge national du commerce et des services. Une reconnaissance qui ne doit rien au hasard.

Nathalie et Franck Lucet, les dirigeants de Riviera Pressing (Saint‑Laurent‑du‑Var), ont reçu un prestigieux Mercure d’Or le 26 mars dernier, au Ministère de l'Economie et des Finances. Présenté par la CCI Nice Côte d’Azur, le dossier de ces commerçants indépendants implantés sur le parvis de Cap 3000 a convaincu le jury du grand challenge du commerce 2018, qui récompense les acteurs les plus performants du secteur au plan national. Parmi leurs atouts : un service écoresponsable et labellisé Eco‑Défis par la CCI et la CMA06, une politique commerciale innovante avec des points de dépôts et récupération du linge dans plusieurs supermarchés azuréens et une offre de qualité, qui a même su séduire la compagnie aérienne Maltaise Vistajet, dont le linge de bord des jets privés (600 vols/an sur Nice) est traité par l’enseigne azuréenne.


Créée en 2015, celle-ci compte aujourd’hui trois boutiques, dont deux laveries automatiques : « Etant Laurentins, nous avions noté qu’une offre de ce type manquait localement », explique Franck Lucet, qui souhaitait avec son épouse Nathalie se reconvertir : lui était dans le commerce du vin, elle dans la décoration. Avantage : une certaine expérience, mais aussi un oeil neuf sur leur nouveau métier : « Dans les services, ce qui permet de créer une clientèle, c’est à 80% la qualité de l’accueil », précise Nathalie Lucet. « On a appris avec une “MOF” à “visiter” le linge qui nous est confié, pour lui prodiguer le soin le plus adapté à son cas. Ce n’est pas un détail ! Et puis nous sommes à une époque ou la notion d’écoresponsabilité est devenue une réalité. Déjà 30% de notre clientèle nous est fidèle sur ce critère. J’ajoute que c’était aussi une conviction personnelle pour nous. c’est pourquoi nous avons pris part à Eco‑Défis ».


Riviera Pressing a donc investi dans des matériels de dernière génération et des technologies comme l’aqua-nettoyage et des process qui permettent d’utiliser moins de température (donc de consommation électrique) et moins d’eau. « Nous sommes le seul pressing localement à utiliser une machine de nettoyage à sec écoresponsable, qui tourne avec des solvants à base de... peau d’orange. Nous misons aussi sur le bien‑être de nos salariés, car cela a aussi un impact sur le client. D’autant que l’activité du pressing a une image dégradée, avec comme corollaire des difficultés de recrutement dans notre secteur. Il n’existe plus d’école de formation à nos métiers et c’est regrettable », insiste Franck Lucet.


Le Mercure d’Or ? Il y a eu cette année 8 dossiers retenus, sur 40 présélectionnés dans toute la France. Un seul dans le 06 : Riviera Pressing. « Je pense que nous l’avons emporté parce que nous avons su positionner rapidement Riviera Pressing sur des critères de qualité de service et de performance commerciale. Nous avons réussi à avoir une présence à Cap 3000, une implantation briguée par les grandes chaînes du secteur. En un an et demi, nous avons traité 3 650 pantalons, 3 400 chemises, 1 400 costumes,... Plus de 27 000 vêtements en tout ! On a su aussi innover, pour mieux servir : nous envoyons plus de 10 000 SMS par an, qui avertissent nos clients lorsque leur linge est prêt ».


Les époux Lucet sont par ailleurs très investis dans la vie économique locale : Franck est président de l’association des commerçants du coeur de ville et Nathalie est à la tête du Syndicat de la Teinturerie, Blanchisserie et Pressings des Alpes‑Maritimes. Objectif désormais : stabiliser la croissance de l’enseigne qui n’a que trois ans, passer le cap des gros travaux de Cap 3000, poursuivre sur la voie de la qualité et développer encore la clientèle des pros. « Notamment dans le secteur du tourisme, car le pressing est une activité assez saisonnière, d’octobre à mars environ. Nous avons déjà quelques belles références, comme le Château Saint‑Martin (hôtel 5 étoiles à Vence) qui nous font confiance », précise Nathalie Lucet. « Côté particuliers, nous voulons aussi développer notre “box” dans d’autres supermarchés : c’est un bon moyen pour proposer un service innovant qui répond aux attentes de la clientèle, mais aussi fidéliser et nous donner de la visibilité ».


Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

CCI_Nouveau-logo_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même