Azur entreprises et commerces - 121 : Mars-Avril 2018

Archives

Toutes les vidéos

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

Soyez informé de la mise en ligne de votre prochain E-Mag

Envoyer Fermer

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Votre inscription a échoué

* Champs obligatoires

istocktourism_REDIM.jpg © iStock
infographie_Reseaux_Sociaux_Hotel_25_04.01-1_OKOK.jpg

Baromètre des réseaux sociaux

Retour En avant

tourisme

Pourquoi l'hôtellerie azuréenne doit jouer la carte des réseaux sociaux

La CCI lance un baromètre d’activité des hôteliers sur les réseaux sociaux pour les sensibiliser à cet outil marketing indispensable et valoriser les plus actifs.

Les réseaux sociaux, mal aimés des hôteliers ? « La prise de conscience du secteur a en effet été longue sur la nécessité de rentrer dans ce jeu d’échange avec les clients », souligne Franck Sosthé, directeur de l’Institut Ulysse de l’Université Nice Sophia Antipolis, dédié à la formation et à la recherche en tourisme. Une nécessaire interaction qu’il convient aujourd’hui encore de réaffirmer ne serait‑ce que pour inciter le professionnel à mieux connaître ses clients pour mieux répondre à leurs attentes. Et ainsi conserver, voire améliorer ses parts de marché. Or seuls 50% des 623 hôtels catégorisés dans les Alpes‑Maritimes sont actifs sur Facebook. Pire, ils ne sont que 10% à l’être sur Twitter !


Premier enseignement à tirer du Baromètre Hôtellerie sur les Réseaux Sociaux lancé par la CCI et présenté le 29 mars à l’issue d’une

table‑ronde consacrée à l’Hôtellerie 3.0 , le chemin à parcourir avant de convertir l’ensemble du secteur est encore long. D’où cet « outil gratuit, mis à disposition des hôteliers, qui vise à les sensibiliser à l’utilisation de ce formidable levier marketing qu’est le réseau social et à valoriser ceux qui y sont les plus actifs », explique Cédric Messina, président de la commission numérique de la CCI, à l’origine du projet.
Développé par la start‑up niçoise Sentimantic, il s’inscrit sur une plateforme dédiée où chaque mois les Top 5, 10 et 50 des hôtels azuréens les plus actifs sur Facebook et Twitter sont publiés (par catégorie), mettant en exergue les posts les plus likés, mesurant le nombre de fans gagnés, analysant l’impact des publications au jour le jour, etc. Du quantitatif, donc. Et du qualitatif avec un espace de partage des bonnes pratiques d’hôteliers présents sur les réseaux.


Parmi eux, Christine Patat, dirigeante du Grand Hôtel Le Florence à Nice, établissement 3 étoiles de 52 chambres, actif sur Facebook (600 followers) et Twitter. « C’est un moyen de personnifier notre hôtel, et donc de faciliter les échanges, de renvoyer une image maîtrisée qui nous correspond vraiment et de développer un capital sympathie non négligeable », détaille celle qui s’attache à poster une publication tous les deux jours. Un rythme pas toujours facile à tenir, par manque de temps et de personne dédiée. « Le lot de beaucoup d’indépendants », regrette‑t‑elle. Lesquels bien souvent « sous‑exploitent, quand ils ne sous‑estiment pas, cette véritable manne ».


Arnaud Delsart, lui, n’est pas de ceux‑là. Directeur du Thalazur Antibes, hôtel de 162 chambres et centre de thalassothérapie, classé à la troisième place du baromètre Facebook inaugural (catégorie 3 étoiles) avec 3 279 fans, il a « mis en place une stratégie de communication différenciée en fonction des plateformes » qu’il alimente de 3 à 4 posts par semaine avec sa direction commerciale. Soit, Facebook pour les informations clients, Instagram pour faire rêver et Twitter pour la marque et la communication institutionnelle. Photos, conseils d’experts, coups de coeur, bons plans, mais aussi jeux et sondages, tout est bon pour garder le lien avec une clientèle « plus facile à cibler sur les réseaux sociaux que sur le papier ». Et ainsi gagner en visibilité. En atteste la dernière campagne de sponsoring lancé par l’établissement azuréen sur Facebook durant le mois de mars 2018 auprès d’internautes adeptes du bien‑être. « Nous avons touché 44 171 personnes, majoritairement âgées de 45 ans et plus, et généré 7 ventes sur notre site internet pour un chiffre d’affaires de 932 euros mais il est fort possible que des réservations non mesurables via des appels aient été passées en parallèle », indique‑t‑il, d’autant plus satisfait que « suite à cette publication, on a enregistré 19 likes de la page, 56 likes sur la publication, 3 commentaires et 11 partages ». Alors, convaincus ?


Le mot de Arnaud Delsart En chiffres Baromètre des réseaux sociaux

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

CCI_Nouveau-logo_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même