Azur entreprises et commerces - 115 : Janvier-Février 2017

Archives

Toutes les vidéos

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

Soyez informé de la mise en ligne de votre prochain E-Mag

Envoyer Fermer

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Votre inscription a échoué

* Champs obligatoires

iStock-499845436.jpg

En vidéo : la CCI organise la structuration de sa filière santé

La cartographie de la filière santé

Bien connaître l'état des lieux est un préalable à toute action. C'est aussi par un travail de cartographie du secteur santé azuréen, réalisé fin 2016 par l'observatoire économique Sirius‑CCI, que la CCI a abordé la création de la filière. Cette carte donne une vue détaillée et actualisée de l'écosystème azuréen. Les grandes caractéristiques ? L'importance du poids économique global du secteur : 120 entreprises et plus de 5 000 emplois.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, si l'on considère les 120 entreprises de la filière, c'est Sophia qui mène la danse : la technopole regroupe plus du tiers des 120 entreprises, se classe première devant Carros en termes de chiffre d'affaires (718 M€ contre 575 M€) et se trouve au coude à coude avec Carros en nombre de salariés (2.258). Nice, selon les mêmes critères, représente un chiffre d'affaires de 30 M€. Cette cartographie permet aussi de cerner les différentes composantes : le pharmaceutique qui représente 65% des emplois de la filière avec les "poids lourds" Arkopharma, Galderma, Virbac, Genévrier, Elaiapharm et quelques start‑up prometteuses (TxCell, Therachon…); les technologies médicales et e-santé avec Oticon/Neurelec, Integra, Median Technologies; les CRO (Contract Research Organizations) associés à l'ingénierie et services comme Iris Pharma, Quantificare…; les distributeurs de matériel médical (Eurotechmed, Santé Plus…).

Une filière par ailleurs très dynamique. Elle lève des fonds (en 2015, la santé représente 62 % des 142 M€ levés par les start‑up azuréennes, soit 88 millions d’euros). Elle peut s'appuyer sur une recherche publique et académique organisée autour de laboratoires de renommée mondiale, favorisant les innovations thérapeutiques ou médicales. Elle baigne enfin dans un réseau d'acteurs de la santé, de structures et d'organismes très pointus montés autour des grands établissements comme l'Institut Claude Pompidou, le Centre Antoine Lacassagne, le 27 Delvalle, etc. De quoi assurer de beaux développements pour les membres de la filière.

2012-01-00-fourquin-11.jpg
Frédéric Fourquin, Trésorier de la CCI

L'idée est de rassembler toutes les personnes qui sont sur le terrain au quotidien, pour travailler ensemble, se fixer des objectifs et répondre aux attentes des professionnels d'une façon la plus pragmatique possible. C'est une façon pour la CCI d'assurer ses missions : dynamiser le tissu économique et accompagner les entreprises.

Frédéric Fourquin, trésorier de la CCI

lancement-filiere-biotech-sante.jpg
Retour En avant

Filières stratégiques

Comment la CCI fait décoller la filière santé azuréenne

Lancée officiellement le 9 février à Sophia Antipolis, avec l’ouverture d’une e‑communauté Ecobiz dédiée aux acteurs de la santé (entreprises, labos de recherche, établissements de soins, institutionnels), la filière vise à structurer les atouts azuréens du secteur. La CCI est à la manœuvre avec les professionnels.

Un coup d'accélérateur sur le secteur de la santé : c'est ce que donne résolument la CCI Nice Côte d'Azur en créant une nouvelle filière, lancée officiellement le 9 février à Sophia Antipolis à l'occasion d'une première rencontre qui a donné la parole aux entreprises et aux acteurs de la recherche et du soin. Une rencontre qui a permis également de présenter deux autres actions déjà engagées dans cette première étape : la création d'une communauté Ecobiz Santé, dédiée à l’ensemble des acteurs azuréens (entreprises, de la start‑up au grand groupe, acteurs de la recherche et du soin, acteurs institutionnels) et la réalisation d’une cartographie de la filière, un outil qui structure l’écosystème.


Pourquoi cette filière santé sur la Côte d'Azur ?


Sur un plan général, la CCI et plus particulièrement sa direction Appui aux Entreprises et Territoires s’est organisée autour des grandes filières du département (numérique, énergie, silver économie…) pour une meilleure compréhension des différents écosystèmes et un accompagnement toujours plus efficace des entreprises dans leur développement. En ce qui concerne la santé, la CCI est depuis deux ans un acteur local reconnu de la filière Silver Economie, au travers de la fédération des acteurs et l’animation de la filière qui couvre des marchés très larges, de l’habitat au tourisme, en passant bien évidemment par la santé, le bien‑être et la nutrition. Ce positionnement l'a tout naturellement conduite à élargir ses actions à la filière santé plus particulièrement, avec quelques acteurs‑clés présents sur les deux filières.


25 % des entreprises azuréennes de santé ont moins de 5 ans


Dans les Alpes‑Maritimes, les industries de santé méritent d'être soutenues. A plusieurs titres. D'abord pour leur poids économique. Elles sont déjà stratégiques avec plus de 5 000 emplois et 1,4 milliard € de chiffre d'affaires. Mais elles se placent aussi dans un écosystème qui devient de plus en plus complexe alors que l'environnement évolue rapidement avec l'arrivée de la médecine personnalisée, l'essor des biotechnologies et des technologies numériques. Ensuite, il s'agit d’une filière qui affiche un fort dynamisme. Ainsi, 25 % des entreprises ont moins de 5 ans (e‑santé et biotech). Elles ont encore besoin d’être accompagnées dans leur développement. Enfin, en PACA, 2e région française pour les essais cliniques et la recherche dans les sciences du vivant, la Côte d'Azur, qui travaille avec le pôle de compétitivité Eurobiomed, doit gagner encore en visibilité pour renforcer son attractivité dans ce secteur d’excellence régionale.


Répondre aux attentes des professionnels


Pour Frédéric Fourquin, trésorier de la CCI et référent pour la filière santé, un secteur dans lequel il évolue étant dirigeant du centre de recherche Galderma sur la technopole, "l'idée est de rassembler toutes les personnes qui sont sur le terrain au quotidien, pour travailler ensemble, se fixer des objectifs et répondre aux attentes des professionnels d'une façon la plus pragmatique possible. C'est une façon pour la CCI d'assurer ses missions : dynamiser le tissu économique et accompagner les entreprises". Un travail sur la filière qui s’opère en coordination avec la commission “Santé et entreprise” de l’UPE06, qui est également très investie sur le sujet. Pour la santé, la première réunion a lieu à Sophia Antipolis afin de mettre en valeur l'aspect e‑santé et ce couplage du numérique, "métier" de la technopole, avec la santé. "Mais les réunions se tiendront dans toutes les Alpes‑Maritimes et notamment sur Nice. Pour assurer le suivi dans la filière, une "cheville ouvrière" a été nommée : Céline Mercier. Elle connaît bien l'écosystème local. D'autre part, tous les acteurs sont mis en réseau avec Ecobiz. Enfin la CCI a, parallèlement, réalisé une cartographie de la santé, précise Frédéric Fourquin. Présenté lors du lancement de la filière, ce document permet de prendre connaissance de l'état du tissu local. Une cartographie qui sera régulièrement actualisée." (voir encadré ci‑contre).


Directeur général du laboratoire Cevidra à Grasse, Stéphane Destaing voit aussi dans la création de cette filière, l'occasion de mettre en valeur l'activité pharmaceutique sur la Côte d'Azur. "Pour notre développement nous avons besoin d'attirer des hauts profils ainsi que des nouvelles entreprises de ce secteur. La création d'un pôle montre que le territoire est actif dans ce domaine et renforce son attractivité, à la fois pour le recrutement et pour de nouvelles entreprises".


Les actions envisagées


Quant aux actions prévues par la nouvelle filière santé, outre celles déjà engagées, elles vont de la mise en place d’ateliers spécifiques en fonction des besoins comme l'accès au marché US (Food Administration/Business Development), le financement, à la constitution de groupes de travail spécifiques (par exemple la dermatologie) pour renforcer le partage d’expérience et les synergies. Cela en passant par la présence d’entreprises azuréennes sur certains salons importants de la filière via un pavillon Côte d’Azur (par exemple Paris Healthcare week), ou encore l'organisation de rencontres d'affaires thématiques, etc. Autant d'actions qui vont être étendues dans les prochains mois au secteur des arômes, parfums et cosmétique.


Contact
celine.mercierjacquet@cote-azur.cci.fr


En vidéo La cartographie de la filière santé Frédéric Fourquin La citation L'équipe

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

CCI_Nouveau-logo_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même