Azur entreprises et commerces - 118 : Septembre-octobre 2017

Archives

Toutes les vidéos

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

Soyez informé de la mise en ligne de votre prochain E-Mag

Envoyer Fermer

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Votre inscription a échoué

* Champs obligatoires

Orengo-Francis-cession-copie.jpg

C’est la CCI qui a trouvé mon repreneur ! Sélection des candidatures, mise en relation, etc. Son équipe m’a accompagné de bout en bout.

Francis Orengo, ex‑dirigeant d’entreprise et... apprenti‑retraité

Retour En avant

Témoignage

Le LivrePresse : itinéraire d'une cession réussie

Francis Orengo a créé son entreprise en 1987.

« A l’origine, Livrapide était une société de transport express de petits colis, coursier et messagerie et accessoirement de livraison de presse. Mais en 2002, l’activité presse a pris de plus en plus d’ampleur, à tel point que j’ai décidé de me séparer de la branche express, que j’ai vendue pour me consacrer uniquement à ce secteur d’activité avec lequel j’avais signé des contrats de distribution importants ». Changement de nom, Livrapide devient le LivrePresse.... « Après 29 ans aux commandes de mon entreprise, j’avais besoin de passer la main. C’est un métier exigeant : je suis sur le pont 7 jours sur 7 et 364 jours par an. Car dans une TPE de 9 personnes comme la mienne, le gérant est sollicité à chaque instant : remplacer un livreur malade, assurer le suivi comptable, le développement commercial, remplir les obligations réglementaires, etc. Alors, après plus de 60 ans et après 45 années passées à travailler, le moment était venu d’arrêter d’autant que mon entreprise était solide et pouvait intéresser un repreneur ».

Reste à trouver un repreneur sérieux


Ayant fait appel à un établissement privé spécialisé dans les cessions, Francis Orengo a vite déchanté. « Au bout de 8 mois, l’entreprise mandatée n’avait rien fait de concluant. On m’avait conseillé de faire appel au service transmission de la CCI Nice Côte d’Azur, mais je craignais qu’en m’adressant à un service azuréen, la concurrence n’apprenne ma décision de vendre ! J’avais tout faux. Car en moins d’un an, tout était réglé, en totale confidentialité. C’est en effet la CCI qui a trouvé mon repreneur ! Sélection des candidatures, mise en relation, etc. Son équipe m’a accompagné de bout en bout. Bien évidemment, une fois le contact établi, le cédant et l’acheteur négocient seuls. Mais la CCI est toujours présente pour offrir ses conseils et son soutien. Elle connaît parfaitement le tissu économique et choisit donc des candidatures pertinentes. Car ma volonté était avant tout que mon entreprise continue son activité et maintienne l’emploi des salariés. Mon acheteur est un transporteur : il est parfaitement au courant des contraintes du métier ».

Tout est allé très vite ensuite


En moins d’un an la vente était effective et après une période d’accompagnement de 5 mois, Francis Orengo était un jeune retraité. Alors tout est bien dans le meilleur des mondes ? « Pas vraiment… Focalisé entièrement sur la vente depuis 3 ans - date de ma décision jusqu’à la fin de ma période d’accompagnement - je n’ai pas préparé... l’après ! Un point sur lequel la CCI Nice Côte d’Azur insiste particulièrement, avec raison. Mais tout s’apprend : alors je suis devenu apprenti… »

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

CCI_Nouveau-logo_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même