Azur entreprises et commerces - 120 : Janvier-Février 2018

Archives

Toutes les vidéos

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

Soyez informé de la mise en ligne de votre prochain E-Mag

Envoyer Fermer

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Votre inscription a échoué

* Champs obligatoires

2017-02-Pascal-NICOLETTI-4.jpg
Pascal Nicoletti

Pour Pascal Nicoletti, le 1er Vice-président de la CCI en charge du territoire et des services, « Les stratégies de développement des zones industrielles indispensables à la vie économique sont difficiles à mettre en place car les processus pour l’obtention de toutes les autorisations sont longs, les financements très lourds et le retour sur investissement incertain pour les opérateurs privés. De leurs côtés, les collectivités publiques sont de moins en moins enclines à développer ce type de zones, comme le fut en son temps la ZI de Carros ». Les raisons ? Selon Pascal Nicoletti, elles résident dans la raréfaction des terrains dans les Alpes-Maritimes et des capacités financières réduites. « La CCI a ceci de particulier qu’elle porte dans son ADN à la fois une logique de développement public d’intérêt général et de développement privé au service des entreprises azuréennes. Fidèle à cette double vocation, comme nous l’avons fait pour le PAL, nous avons décidé de soutenir et de nous investir à 200 % sur ce projet dans lequel nous sommes partenaires ».

Retour En avant

Aménagement

Comment la CCI accompagne la Z.A. du vallon du Roguez

Pour la première fois depuis 20 ans, une zone d'activité économique de 15 000 m² va voir le jour en métropole niçoise.

Une très longue gestation qui souligne le caractère exceptionnel d’une telle opération et du même coup, la rareté du foncier d’activités dans les Alpes‑Maritimes. Une part estimée à moins de 1 % du territoire azuréen ! En cause, un foncier disponible restreint sur lequel l’équilibre nécessaire entre projets industriels et commerciaux reste difficile à trouver. Avec une balance qui penche nettement en faveur de projets d’aménagements commerciaux, il est donc aujourd’hui important pour renforcer la compétitivité du département, de compléter cette offre avec des projets industriels à destination des PME/PMI, mais également des grandes entreprises de l’artisanat et de l’industrie.


Consciente du risque et des difficultés rencontrées par les entreprises industrielles pour s’installer ou se développer, la CCI s’implique à travers son Observatoire des Zones et Espaces d’Activités (OZEA). Avec cet outil, réalisé en collaboration avec les collectivités territoriales, la CCI entend donner la priorité aux activités industrielles lors de l'élaboration ou la révision des documents d'urbanisme. Et renforcer ainsi une économie de production, source de création d'emplois et de valeur.


Si cette nouvelle opération située dans le vallon du Roguez (sur la rive Est du Var, face à la Z.I de Carros, près de la nécropole) reste malheureusement en deçà des besoins réels des entreprises azuréennes, néanmoins la CCI s’est immédiatement impliquée dans son élaboration. Elle est aussi devenue partenaire financier du projet, porté par la Métropole Nice Côte d’Azur. Suite à un appel à projet, un bail emphytéotique sera conclu avec le groupe Perial pour la création de cette zone d’activité économique artisanale et industrielle destinée aux TPE, PME/PMI azuréennes, qui devrait accueillir ses premiers occupants fin 2019.


Une fois réalisé, ce parc d’activités proposera 12 bâtiments neufs en rez‑de‑chaussée avec bureaux en mezzanine, et des surfaces divisibles de 130 m² à 3 500 m². Cette composition en « village d’entreprises » développera une surface totale de 15 130 m² comprenant 12 810 m² d’activités et 2 320 m² de bureaux d’accompagnement. Différentes configurations seront proposées, du bâtiment d’activités pures au bâtiment mixte d’activités.


Des précisions par Pascal Nicoletti

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

CCI_Nouveau-logo_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même