Azur entreprises et commerces - 113 : Septembre-Octobre 2016

Archives

Toutes les vidéos

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

Soyez informé de la mise en ligne de votre prochain E-Mag

Envoyer Fermer

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Votre inscription a échoué

* Champs obligatoires

PAL102933-pano.jpg

Un partenariat avec les pays de Lérins

Dernière initiative en date : le partenariat signé en ouverture du Cannes Yachting Festival entre la CCI et la communauté d’agglomération Pays de Lérins. La communauté d'agglomération (Cannes, Cannet, Mandelieu, Théoule et Mougins) veut monter en puissance sur les activités nautiques. Les Pays de Lérins en ont les moyens, avec 16 ports sur leur littoral. Le grand projet tient dans la création le long de la Siagne, à Mandelieu-La Napoule, d’une zone d’activités de 24 hectares dédiée au nautisme.


La convention avec la CCI vient appuyer ces ambitions. Le partenariat tourne sur trois volets: l'information économique et le diagnostic territorial, l'animation économique avec quatre événements (Yachting Business meeting, participation au salon nautique cannois, opération commune dans le cadre de la French Tech, sessions d’information sur la reprise d'entreprises), ainsi que le développement durable.

Retour En avant

Secteur

Nautisme : un pôle économique azuréen majeur à développer... et à défendre

Le succès de la 39e édition du Cannes Yachting Festival, début septembre, vient confirmer le rôle de pôle nautique majeur que joue la Côte d'Azur. Focus sur ses enjeux.

Un pôle dont on connaît mieux désormais le poids et les contours à travers le "Nouveau regard sur l'économie maritime" qu'a publié l'Observatoire portuaire des Alpes‑Maritimes. Les chiffres de l’ensemble des activités maritimes (dont le nautisme fait partie) parlent d'eux‑mêmes. Au total, sur 146,5 km de littoral (îles de Lérins compris) avec 33 ports maritimes (et 18 700 postes d'accueil pour la plaisance et le yachting), sont recensés 2 343 établissements pour un chiffre d'affaires global de 2,278 milliards d'euros et 5 288 emplois. Une activité qui pèse lourd dans le département et qui s'insère parfaitement dans le cercle plus large du tourisme azuréen, avec lequel elle est en synergie.


CCI : des "outils" pour accompagner le pôle


C'est ce qui explique l'attention que la CCI Nice Côte d'Azur porte à la filière et ses initiatives pour la dynamiser, ou répondre aux problèmes particuliers qu'elle rencontre. C’est le cas avec la création de l'Observatoire portuaire. Cette plateforme collaborative, créée à l'initiative de la CCI avec le soutien de la Région PACA, du Département et de la Métropole, permet de mieux connaître la filière azuréenne, ses acteurs, son poids dans l'économie locale, ses principales activités. C’est aussi le cas avec l'implantation en 2014 de l'INB Côte d'Azur à Villefranche‑sur‑mer, en association avec l'Institut Nautique de Bretagne. L’établissement permet d'assurer les besoins de formation aux métiers des services et de l'industrie nautique locale.


La grande bataille de la défense du yachting professionnel


Mais la grande bataille dans laquelle s'est engagée depuis quelques mois la CCI, c'est celle de la défense du yachting professionnel. Une spécificité azuréenne. La Côte d'Azur est au coeur de la Méditerranée, l'une des deux grandes zones de yachting au monde avec les Caraïbes. En liaison avec son écosystème touristique tourné vers le haut de gamme, elle attire ainsi tout naturellement dans ses ports les plus beaux yachts du monde. Une véritable "industrie du yachting" s'est développée. C'est cette activité à haute valeur ajoutée qui, aujourd'hui, est menacée par une "distorsion de concurrence à l'intérieur même de la Communauté Européenne".
Président de l'ECPY, le comité européen des professionnels du yachting basé à Nice, Thierry Voisin avait tiré la sonnette d'alarme début septembre : face à l'application de nouveaux textes et à la réactivation d'anciennes règles dans les domaines douaniers, fiscaux, sociaux, environnementaux, les armateurs de yachts quittent la Côte d'Azur pour d'autres territoires européens plus cléments tels que l'Italie toute proche, ou l'Espagne. Un véritable sinistre qui se profile. "Le yachting professionnel, c’est les trois quarts environ du chiffre d'affaires du pôle nautique azuréen", estime Thierry Voisin. "N'oublions pas qu'un bateau de 35 mètres, c'est une dépense de 800.000 à 900.000 euros à l'année contre 8 000 euros pour un bateau de 8 à 10 mètres. Le yachting professionnel, c'est une manne pour la Côte d'Azur. Elle risque de disparaître s'il n'y a pas rapidement d'harmonisation fiscale européenne."


La CCI s'est donc aussi résolument mobilisée en faveur du yachting professionnel. Rappelant qu'il représentait près de 1 800 emplois directs dans le département, elle a lancé une campagne d’information auprès des décideurs publics à partir du réseau Riviera Ports, afin que soit reconnue et prise en compte à sa juste valeur la dimension économique de ce secteur sur notre territoire. Cela s'est traduit par la publication d'un "Guide pratique du yachting" permettant de comprendre le cadre fiscal et social qui l'encadre (48 pages, 17 fiches pratiques), par la constitution d'un groupe Linked In "Fiscalité du yachting" et par la création de vidéos expliquant contexte et démarche de la CCI. Cette dernière a notamment accompagné les professionnels azuréens dans leurs discussions avec Bercy, démarches qui vont également être entreprises au niveau européen. Car s'il est à développer, le pôle nautique azuréen doit également d'être défendu… Et cela tout particulièrement aujourd'hui à l'heure des plans de relance du tourisme.


Un partenariat avec les pays de Lérins En vidéo : la fiscalité du Yachting

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

CCI_Nouveau-logo_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même