Azur entreprises et commerces - 109 : Décembre

Archives

Toutes les vidéos

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

Soyez informé de la mise en ligne de votre prochain E-Mag

Envoyer Fermer

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Votre inscription a échoué

* Champs obligatoires

iStock_000007110291_Double.jpg

En vidéo : comprendre la Xylella Fasitidiosa

971 professionnels azuréens concernés

La CCI Nice Côte d'Azur a comptabilisé les professionnels du département impactés par la situation :

Services d’aménagement paysager : 593 entreprises

Commerce de gros (interentreprises) de fleurs et plantes : 39 entreprises

Commerce de détail de fleurs, plantes, graines, engrais, animaux : 325 entreprises

Retour En avant

Environnement

Alerte à la bactérie en PACA : plusieurs cas

La Xylella Fastidiosa est désormais présente dans la région PACA avec une dizaine de foyers identifiés dans le 06 : la vente et la circulation des végétaux interdits dans la zone délimitée entraînent un effet direct sur l’activité des professionnels azuréens.

En octobre, un arbuste situé sur le territoire de la commune de Nice a été détecté comme porteur de la bactérie Xylella Fastidiosa, pour lequel les services de l'Etat mettent en œuvre les mesures prévues : identification, désinsectisation, arrachage et élimination.


Une dizaine de foyers identifiés


La bactérie représente un danger classé en première catégorie au titre de l’arrêté ministériel du 15/12/2014. Les analyses menées ont révélé la présence de cinq autres végétaux contaminés à proximité de ce premier site. Un deuxième foyer a été rapidement découvert à Mandelieu‑la‑Napoule, pour lequel la zone "tampon" affecte aussi plusieurs communes du département du Var. Jusqu'à aujourd’hui, près d’une dizaine de foyers sont identifiés sur le département, touchant 15 espèces‑hôtes.


Dans ce nouveau contexte, le Préfet de Région a arrêté le 5 novembre 2015 les mesures de lutte applicables contre la bactérie Xylella Fastidiosa pour limiter la dissémination de cette bactérie, en définissant une zone délimitée autour des végétaux infectés. Cette zone comprend une zone dite infectés‑arrachés, et une zone tampon. Ainsi, le 23 octobre dernier, une opération d'arrachage de plants a été menée à Nice Saint Isidore, une zone d’activité où se trouvent plusieurs pépiniéristes et jardineries.


Des mesures qui touchent l’activité de nombreux professionnels azuréens


Les restrictions risquent en effet d’avoir un impact économique pour les entreprises d’horticulture et du paysage et de mettre en péril l’emploi dans ce secteur. Ces filières se trouvant au cœur de l’activité économique et agricole, il faut un juste équilibre entre la nécessité primordiale d’éviter la prolifération de la bactérie pour protéger le patrimoine environnemental et la sauvegarde de l’activité économique des entreprises azuréennes.


C’est pourquoi la CCI Nice Côte d’Azur a engagé une action concertée avec les autres acteurs économiques dont la Chambre de Métiers et naturellement, la Chambre d’Agriculture. Objectif : d’abord,inviter les entreprises à participer aux réunions d’information sur les caractéristiques de la bactérie et sur les textes réglementaires. Celles‑ci seront organisées les 9 et 17 décembre prochains au Centre Recherches Economiques Actions Techniques (CREAT) à la Gaude. Seront également expliquées lors de ces réunions les modalités de dérogation à l’interdiction de circulation des végétaux sensibles dans la zone délimitée proposée par la Direction régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt de Provence‑Alpes‑Côte d'Azur (DRAAF).


Seul le site internet de la DRAAF est la référence pour consulter la liste officielle et actualisée des espèces hôtes, la cartographie des foyers et des zones concernées par les mesures de luttes.


971 professionnels azuréens concernés En vidéo : comprendre la Xylella Fasitidiosa

En savoir +

En savoir +

0 800 422 222

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

CCI_Nouveau-logo_splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même